Les Soirées de Fons - du 12 au 15 Août 

4 jours de chansons françaises, de rencontres, autour de l'idée de "culture populaire" dans un lieu historique :
Les écuries du Château du Roc à FONS dans le LOT.

PROGRAMME – voir détails du programme 

Jeudi 12 août 
19h30 / Récital Beethoven – P. Dechorgniat 
22h00 / Ma chambre voyage en chanson – H. Suhubiette – L. Lemauff – P. Yvron 
Vendredi 13 août 
19h30 / Duo Saxo-Piano – Jazz – J. Padavoni – E. Manchon 
22h00 / Eric&ric « De l’avant après guerre ! «  E. Perez – E. Vignau – R Pouly 
Samedi 14 août 
19h30 / OH Dames – Chansons de femmes –  S. Montcoudiol – F. Boixel – R. Pouly
22h00  / Prévert fait son cinéma 
Dimanche 15 août 
17h / Music-hall en fête !  / Fête de cloture avec apéritif cocktail 
E. Perez – Th. Jennaud – A. Barbier – S Montcoudiol – E. Vignau 
Diners conversations à 20h30 les 12,13 & 14 août 
Animés par Monique Canto Sperber en présence des artistes 

PRIX DES PLACES

12,13 et 14 /08 : Plein Tarif 15 euros / tarif réduit 12 euros
Repas : 14 euros.
15/08 : Plein Tarif 22 euros / tarif réduit 20 euros

RESERVATION

Réservations par téléphone : 07 57 78 71 96
Par mail : contact@opera-eclate.com
A l’Office du tourisme de Figeac 

Réservation en ligne

Chansons, Rimes et Poésie

Quatre jours de chansons françaises et de rencontres dans un lieu historique: les écuries du Roc.
Un programme éclectique: entre sonates de Beethoven et chansons de Music-hall, entretiens et conversations dans lesquelles chacun pourra entrer à sa guise. Un subtil équilibre d’émotions à partager et, du fait du talent des artistes conviés, de leur diversité, un vrai moment de culture populaire.
Quatre soirées avec dîners, deux spectacles par soir, des échanges avec les artistes et des débats animés par Monique Canto-Sperber.
Des moments à partager dans un lieu unique. 
Françoise Pitt-Rivers qui réfléchissait depuis un long moment au devenir de ses magnifiques écuries a été séduite par ce projet d’une manifestation culturelle de grande qualité dont l’été 2021devrait être l’occasion d’offrir à un public le plus vaste possible la préfiguration, galop d’essai d’une manifestation qui ne demande qu’à s’ancrer dans ce lieu exceptionnel. 

Détail du programme 

Jeudi 12 août

19H30
Les dernières sonates de Beethoven
Par Patrick Dechorgnat

20H30
Diner & conversation

22H
Ma chambre voyage / Voir extrait
Lucas Lemauff, Hervé Suhubiette : voix, claviers
Philippe Yvron : claviers

C’est la nuit. Chansons soufflées, chuchotées du bout des lèvres. Chansons à tue-tête à en  réveiller les voisins. C’est la nuit des possibles, de l’aventure, de l’inconnu. Dans l’univers d’une chambre, le trio Lemauff – Suhubiette – Yvron convoque des textes et des musiques qui
s’en vont chercher du coté de la poésie insolite, de l’absurde, du fantasque, du théâtre. Deux voix et un clavier pour traverser la nuit.

Vendredi 13 août

19H30
Le chant de la terre.
Duo piano saxophone
Avec Jean Marc Padovani et Etienne Manchon
Autour de la musique de Déodat de Séverac.

20H30
Diner & conversation

22H
Eric&ric : le DUO « De l’avant à l’après guerre ! »
Avec Eric Vignau et Eric Perez, piano Roger Pouly
Mise en scène : Olivier Desbordes

Jacques Prévert avec Marianne Oswald ont commencé avant guerre à chanter à St Germain des près, Cocteau, Genet, Gréco, Vian ont éclaté après guerre dans un climat d’existentialisme et de jazz !
Ce spectacle va mélanger toutes ces influences, pour à la fois nous faire découvrir des chansons rares, mais aussi pour créer une ambiance de cabaret débridé !
Avec ces compositeurs, écrivains, musiciens, la chanson évolue vers une modernité et une vision de la société très acide et ironique.
Eric Vignau et Eric Perez, avec l’aide de Roger Pouly vont s’accaparer ce répertoire avec leur humour habituel à la manière des nombreux duettistes qui ont jalonné toute cette période et le bal de la coupole, les soirée de Montparnasse photographiées par Brassaï, les vieux airs de
tangos brassé dans un jazz pétaradant à la trompette infatigable de Boris Vian.
Ils vont ainsi traverser une période troublée ou des grands noms vont participer à la chanson : Kurt Weill, Hans Eisler (le musiciens dégénérés du 3ièmeReich) Henri Georges Clouzot, Prévert, Francis Blanche, Boris Vian, Jean Cocteau, Jean Genet… pour arriver
naturellement à S. Gainbourg …

Samedi 14 août

19H 30
OH Dames
Chansons de femmes
Avec Sandrine Montcoudiol et Flore Boixel
Piano Roger Pouly

La brune et la blonde, deux timbres de voix différents et très complémentaires, créent leur duo : Yolande et Gladys, dans un répertoire entièrement féminin inspiré des interprètes et/ou auteurs phares de ces grandes années du Music-Hall : Barbara, Juliette Gréco, Jeanne Moreau, Patachou, Cora Vaucaire, Colette Renard, Annie Cordy, Jacqueline Maillan, les soeurs Etienne et bien d’autres, pour colporter avec malice et fantaisie, comme une friandise vocale, l’écho émouvant des voix féminines qui ont traversé les décennies.

20H30
Diner & conversation

22H
Prévert fait son cinéma
Avec Vincent Vittoz et au piano Vincent Leterme
Collaboration artistique Roch-Antoine Alabalejo

« Le Prévert de Drôle de Drame se distinguant par des répliques surréalistes et décalées qui choquèrent en son époque, Le Jour se Lève ou Remorque tragédies ancrées dans cette célèbre touche de réalisme poétique qui fit son succès avant-guerre. Les Enfants du Paradis,
où aucune réplique ne soit une juste merveille, Les Visiteurs du Soir fantastique parabole à la résistance, Les Portes de la Nuit, Quai des brumes, autant de dialogues brillants, bouleversants dans leur profonde simplicité, et leur humour poétique me semblent fournir un
matériel théâtral des plus essentiels.
Chansons : Les enfants qui s’aiment Joseph Kosma, Inventaire, Joseph Kosma, Immense et rouge, Joseph Kosma, Quelqu’un Christine Verget, J’attends Christine Verget, Dans ma maison Joseph Kosma, Quand tu dors Christine Verget, Je suis comme je suis Joseph Kosma, Le cauchemar du chauffeur de taxi Joseph Kosma, La pêche à la baleine Joseph Kosma, Démons et Merveilles Maurice Thiriet, Les Feuilles mortes Joseph Kosma, En Sortant de l’Ecole Joseph Kosma, A l’enterrement d’une feuille morte Joseph Kosma, Compagnons des mauvais jours Joseph Kosma

Extraits vidéo:
Les enfants du Paradis, Les Portes de la nuit, Drôle de drame, Les Visiteurs du Soir.

Dimanche 15 Août

17H
Cocktail spectacle avec des Chansons de Music-Hall

Avec Sandrine Montcoudiol, Anne Barbier, Eric Perez, Thierry Jennaud et Eric Vignau
Piano : Charlotte Gauthier

« Quand ils nous invitent, pour le final, à un joyeux « Chantez ! », on les suit. C’est un conseil avisé pour « être heureux », alors pourquoi s’en priver ? »
Ce spectacle est une invitation, une parodie joyeuse du Music-hall des années 30 avec les stars de l’époque comme Mistinguett, Maurice Chevalier, Dranem, Damia et plus tardivement Francis Blanche, Henri Salvador …Cinq comédiens chanteurs mènent le bal dans un rythme trépidant, des personnages invraisemblables se succèdent dans un récital burlesque décalé et jubilatoire.

Organisé par Olivier Desbordes et Eric Perez,
avec l’amicale complicité de Monique Canto-Sperber, 
le festival Chansons Rimes et Poésie de Fons réunit des chanteurs exceptionnels qui se sont à maintes reprises déjà produits sur les scènes lotoises.
Tous ont excellé dans le répertoire de ce festival de chanson populaire.

Monique Canto-Sperber

« La chanson française s’est nourrie du lyrisme de la poésie française, mais aussi de la musicalité d’une langue qui permet aussi bien le phrasé mélancolique que la rime parodique et moqueuse. Elle a été servie par plusieurs générations de paroliers exceptionnels, capables de concentrer et de suggérer en quelques mots toute une gamme d’expériences, d’espoirs et de désillusions humaines. Elle a été surtout largement renouvelée par la longue lignée de musiciens, compositeurs et même paroliers compositeurs, qui s’y sont illustrés, capables de puiser à toutes les sources de leur art, des harmonies classiques aux musiques les plus contemporaines. Des compositeurs et surtout des paroliers compositeurs, capables d’apparier les arrangements les plus riches aux mots les plus simples, prêts à entrer dans toutes les mémoires. Une cinquantaine d’années après leur parution, les plus belles chansons de Brassens, de Barbara ou de Léo Ferré, sont restées sur nos lèvres, constamment reprises, même par les plus jeunes. Elles vont bien au-delà de leur époque pour dire à la fois la douleur et la légèreté de l’existence Elles ne démontrent rien, elles n’insistent pas, mais laissent des traces qui sont devenues le fond musical des choses de la vie, génération après génération.
C’est à cette tradition de la chanson populaire française que les soirées de Fons, pour sa première édition, Coeur, textes et chansons, Festival de la chanson populaire française, veut rendre hommage.
Son but est de montrer que la chanson populaire est plus que jamais vivante. L’idée d’un art populaire est à entendre ici au sens le plus strict, à savoir un art inscrit dans les expériences humaines partagées par chacun de nous, quelle que soit sa condition ou son origine. Les chansons françaises parlent de la passion amoureuse, de la douleur des séparations, de toutes les formes de la nostalgie, de la légèreté à l’égard du malheur, de la lucidité enjouée qui refuse de faire une tragédie du malheur et peuvent même s’en moquer. Ces chansons sont populaires ont traversé les siècles. Certains textes encore aujourd’hui repris en chansons remontent à Villon et à Rabelais, deux poètes des XVème et XVIème siècles. La chanson populaire a pris des formes très différentes : elle s’est incarnée dans les chansons de cours, dans la tradition musicale venue des troubadours et dans l’extraordinaire floraison de textes qui accompagna en chansons la Révolution jusqu’aux cafés chantants au XIXème siècle.
Dans l’histoire de la chanson française, la fin du XIXème siècle fut un tournant, un moment de fabuleux développements. Emportée par les progrès de la démocratie et de l’éducation, la culture populaire se manifesta dans tous les modes d’expression artistique avec une vigueur jamais vue. La chanson en fut le premier vecteur, car accessible à tous. Dans les cafés concerts, qui alimentèrent le vaudeville et la chanson réaliste, puis, dès les années 1920, avec le jazz et le swing qui renouvelèrent les genres, grâce aux textes et aux voix de Jean Sablon, Mireille, Charles Trenet, et beaucoup d’autres parmi les plus grands, dont Edith Piaf et Jacques Brel.
Ce sont des centaines de noms qu’on pourrait citer, y compris ceux dont les textes et les musiques seront repris dans le festival de Fons. On y trouvera une séquence consacrée aux chansons de cabaret, qui surent avec une inventivité remarquable, échapper au style lyrique, et furent portées par la force des textes et la puissance de la musique. »